Histoire

“Du cirque ? en Palestine ? est-ce vraiment ce dont la Palestine a besoin ? » Telles étaient les questions les plus fréquentes posées aux fondateurs de la Palestinian Circus School à ses débuts. Aujourd’hui, ceux qui fréquentent régulièrement l’école en sont convaincus : Oui ! Un cirque en Palestine !

Les conséquences de l’occupation militaire israélienne ont été très difficiles pour les jeunes palestiniens, particulièrement depuis la violence de la seconde Intifada en 2000. Ils ont été les témoins de la démolition illégale de leurs maisons, vécu des humiliations aux postes de contrôle, souffert d’abus physiques, de détention arbitraire et plusieurs portent le deuil  de l’un des leurs tué par l’armée israélienne. De plus dans une économie où les taux de chômage augmentent drastiquement ;
trop de jeunes finissent dans la rue,
à essayer de gagner un peu d’argent en vendant des bonbons, des objets recyclés ou en nettoyant les pare-brises des voitures attendant aux postes de contrôle.

La Palestinian Circus School (PCS) commence en tant que petite troupe de cirque en Aout 2006 grâce a la détermination de Shadi Zmorrod et Jessika Devlieghere, qui ont eu l’idée et la volonté d’initier les arts du cirque aux palestiniens.

C’est à travers les différents éléments que contient l’apprentissage du cirque qu’ils ont essayé de répondre aux problèmes mentionnés ci-dessus. Le contenu de la pédagogie du cirque étant de stimuler et développer la sensibilité ainsi que les capacités physiques, mentales, artistiques, sociales et cognitives des personnes qui pratiquent cette discipline, ils étaient convaincus de l’échappatoire que pourrait offrir le cirque pour beaucoup d’enfants.

En Janvier 2006, l’école de cirque belge « Cirkus in Beweging » leur a donné l’opportunité de faire un premier entrainement avec les jeunes qui vivaient derrière le mur de séparation construit en 2002. L’école a proposé de venir en Palestine afin de faire un workshop intensif, dans le but d’entrainer les personnes qui seraient amenées à prendre part à la création d’une école de cirque permanente en Palestine.
En juillet 2006, une semaine avant le workshop, l’équipe belge a dû annuler son voyage suite à l’explosion de la guerre israélienne au Liban. 

L’équipe palestinienne était extrêmement frustrée et déçue, mais elle a continué ses entrainements avec très peu de soutien. Trois étudiants en cirque de Jérusalem ont immédiatement proposé de les aider avec les premiers élèves, pendant les entrainements de jongles, d’acrobaties et de trapèze. Apres avoir lancé un appel international, les personnes impliquées dans le domaine du cirque présentes sur la région sont venues leur rendre visite à Ramallah et ont décidé de rester. D’autres rejoindront plus tard les rangs des artistes et entraineurs internationaux qui ont aidé à façonner l’identité de la PCS.

Apres trois semaines d’entrainements intensifs avec un groupe de 8 jeunes, la première représentation de l’école, « Circus Behind the Wall », a été présentée en Aout 2006, au Ashtar Theater de Ramallah. Plus de 250 personnes ont assisté à la première ! Plus qu’un signe d’encouragement, c’était le signe que le rêve d’un groupe de cirque en Palestine était devenu réalité.

Entre Aout 2006 et Janvier 2007, le groupe s’est entrainé sans locaux fixes et est parvenu à réaliser 7 représentations à Ramallah, et une à Bethlehem. En 2007, Mays Hajjaj et Fadi Zmorrod, qui faisaient partie de l’équipe qui a fondé la PCS en 2006, sont devenus les premiers entraineurs de la Palestinian Circus School, très vite rejoints par Nayef Abdallah en 2008, afin de poursuivre les entrainements d’environ 80 enfants par semaine.

La Palestinian Circus School était née ! En 2009, la Palestinian Circus School pose ses fondations pour devenir une réelle institution et engage son premier personnel administratif.

Entre 2007 et 2011, la PCS a loué différents locaux à Ramallah et Al Bireh pour fournir l’équipement  nécessaire (sécurité et matériel) aux élèves. En 2011, l’école a finalement déménagé dans les locaux actuels dans le centre historique de BirZeit, un village à 10km au nord de Ramallah.

Merci au Dr. Hanna Nasir qui a généreusement prêté son bâtiment à notre école pour une période de 15 ans, et au Gouvernement Fédéral Belge qui a financé la rénovation.