Introduction

Le programme artistique répond à la seconde partie de notre mission : « A travers la création et la production de spectacles de cirque, nous voulons redonner l’espoir aux populations, promouvant la liberté d’expression, tout en faisant découvrir localement et internationalement les arts palestiniens et les nombreux défis de la société palestinienne»

La PCS a commencé son histoire avec Circus behind the Wall, première création qui racontait comment le cirque était arrivé en Palestine, les obstacles qu’il avait dû surmonter et comment il était devenu un outil de lien social et d’espoir pour nos jeunes. Depuis, la PCS s’engage à faire découvrir en Palestine une nouvelle forme d’art du spectacle, celui du Cirque Contemporain.

Nous voyons l’extrême besoin des jeunes de s’exprimer et de transmettre un message à leur public. A travers le cirque, nous créons un nouvel intermédiaire où les jeunes font connaissance avec le langage du corps. En utilisant musiques, costumes, théâtre, danses et tous les autres domaines du cirque, nous créons des histoires sur notre réalité quotidienne.

Le Cirque en Palestine est toujours en grande partie compris comme le cirque traditionnel classique, avec les « Familles de Cirque », les animaux et les clowns sous le chapiteau. Le cirque contemporain ne se différencie pas radicalement de l’histoire du cirque, mais il ajoute un élément majeur : celui de raconter une histoire et de donner des représentations dans des théâtres.

Depuis sa fondation en 2006, la PCS a monté 8 spectacles en plus de ses créations annuelles pour la tournée du cirque mobile.

·   Sarab – 2018

·  Coffee in Town – 2017

·  Mish Zabta – 2014

·   B-Orders – 2014

·   Kol Saber! – 2012

·  Dreams for Sale – 2010

·   La Wein (where to?) - 2009

·   Circus Behind the Wall – 2007

Avec ces créations et le message qu’elles transmettent, nous avons fait des tournées en Palestine et à l’étranger touchant jusqu’à présent plus de 60 000 personnes.

Pour une meilleure compréhension du monde des arts du cirque, nous partageons avec vous une introduction écrite pour nous par notre cher ami et supporter de l’école : Jan Rok Achard, professionnel du cirque depuis de nombreuses années et ancien directeur de l’Ecole Nationale de Cirque de Montréal, Québec :
“Ces 25 dernières années, les Arts du Cirque se sont énormément développés à travers le monde. Ce développement et cette expansion commençant à peine, c’est une des raisons qui explique leur popularité. Les Arts du Cirque sont les arts du Spectacle Vivant  qui touchent le plus de personnes.

Le développement des Arts du cirque dans le monde peut se voir par la multiplication des compagnies de cirque. Au commencement, dans les années 1970-1980, nous en comptions quelques-unes. Ces compagnies pratiquaient le Cirque Classique, comme nous l’appelons aujourd’hui. Ce type de cirque se reconnait par la présence d’animaux sur scène. Le Cirque Classique était et est toujours identifié comme un spectacle de famille, où il était possible de voir plusieurs générations différentes effectuer une performance de cirque. Dans beaucoup de pays, le Cirque Classique était présenté comme des spectacles pour enfants. Durant cette période et encore aujourd’hui beaucoup de compagnies de cirque appartiennent à des familles, à des dynasties. Il était très difficile pour ceux qui n’appartenaient pas à une de ces familles de devenir artiste de cirque à part entière.
Ces dernières n’étaient pas très ouvertes et la majorité des artistes de cirque était issue de ces compagnies. Il en était de même pour les écoles de cirque à cette époque, elles appartenaient aux familles.

Il fallait être né dans une de ces  Familles  pour  pouvoir être formé aux arts du cirque et ainsi devenir circassien. Le Cirque Classique reste très populaire de nos jours.
Une dernière chose qu’il est important de préciser est que le Cirque Classique voyage avec une tente-chapiteau. C’est une spécificité de l’identité et de la personnalité du cirque. Cela montre aussi que ces familles sont très indépendantes. Elles restent aujourd’hui autonomes.

Au début des années 80, de sérieux changements eurent lieu dans le milieu. Nous avons assisté à la création d’écoles de cirque professionnelles où il est devenu possible pour les jeunes qui cherchaient à devenir  artistes de cirque de trouver un endroit où apprendre. Le monopole des « Familles de Cirque » se terminait. La plupart de ces nouvelles écoles de cirque professionnelles étaient fondées par des artistes qui venaient du théâtre, de la danse, des sports et quelques-uns du street art.
Les arts du cirque sont devenus pour eux un nouveau terrain de jeu ; un moyen de rechercher une nouvelle liberté artistique. C’était le point de commencement de ce que nous appelons aujourd’hui le « Nouveau Cirque » ou le « Cirque Contemporain ». Dans un sens, c’était l’expression d’une démocratie dans le processus d’apprentissage du cirque. 

L’influence de ces écoles de cirque professionnelles était et est toujours stupéfiante. Nous avons assisté à la création d’une multitude de compagnies de Cirque Contemporain. Pour exemple, en 1975 en France, il y avait au maximum 20 compagnies de Cirque Classique. En 2010, on dénombrait pas moins de 200 compagnies de cirque (classique et contemporain confondues). En Australie à la même période il n’y avait que 12 compagnies, aujourd’hui elles sont plus de 30.  Au Canada, la National Circus School était la seule école en 1981 et en 2010 on en comptait entre 30 et 50. On observe ce phénomène dans beaucoup d’autres pays et continents.

Ces faits nous amènent à d’autres observations. La popularité croissante des arts du cirque et leur accessibilité ont eu et ont aujourd’hui encore un grand impact artistique, social et économique.
Artistiquement et socialement parlant, nous avons assisté à la création de beaucoup d’écoles de cirque qui répondaient au besoin de milliers de personnes (jeunes et adultes) en recherche d’un endroit où ils pouvaient apprendre le cirque et s’entrainer.

Il y a par exemple environ 250 écoles de cirque ou compagnies en France.

Pour finir, intéressons-nous à ce que signifie le Cirque Social. Il fait référence au mouvement grandissant de l’utilisation des arts du cirque comme moyen de rétablir une justice sociale. Il peut être défini par « l’utilisation des arts du cirque comme un outil pour interagir avec les enfants qui font face à différentes sortes de difficultés : la pauvreté, la vie dans des zones de conflits, les handicaps physiques ou mentaux, etc. Le Cirque social a pour but de les aider à gagner de l’assurance, de l’autonomie, de la confiance et de la dignité.

Les enfants et les jeunes sont poussés à trouver leur voie pour s’intégrer dans leur société ; ils développent leurs propres moyens de s’exprimer et parfois créent même leur propre profession. »
L’utilisation des arts du cirque comme outil de lien social a fait ses preuves et a été approfondie dans beaucoup de pays. Il existe un réseau international de cirque social. Des programmes pour apprendre aux entraineurs cette forme de cirque ont été créés. Le Cirque Social est présent dans les pays riches comme dans les pays pauvres avec la même efficacité et il continue de se développer considérablement.»